COP28: Réactions contre le nouveau texte de négociation

Sharing is caring!

Le dernier texte du bilan mondial était attendu ce matin et il est finalement arrivé à 17h30 à Dubaï, sans surprise pour la société civile.

Par Houmi Ahamed-Mikidache

Des questions demeurent

« La Conférence de Dubaï sur le changement climatique se termine de manière prévisible, et une fois de plus, le processus multilatéral de la CCNUCC s’est avéré un mirage pour des millions de personnes vulnérables en Afrique et dans le monde entier, dont les aspirations, les désirs et les attentes ont été anéantis », a déclaré l’Alliance panafricaine pour la justice climatique (PACJA) lors d’une conférence de presse quelques heures avant la publication du dernier texte de négociation. En plénière, en début de soirée, après 18 heures, la présidence de la COP 28, le sultan Al Jaber ne pense pas ainsi. « C’est un énorme pas en avant ». 24 heures avant la fin des négociations, des questions demeurent sur le résultat final des négociations de l’ONU sur le climat.

Le président de la COP28, Sultan Al Jaber

Contrairement au texte précédent, ce document ne mentionne pas l’élimination progressive ou l’élimination des combustibles fossiles. Pour David Waskow, directeur de l’action climatique internationale au World Resources Institute (WRI), un organisme de recherche , ce texte ne fait pas comprendre clairement comment faire face à la crise climatique, un nombre d’action est nécessaire pourtant. Le chercheur se dit absolument déçu de voir cette inaction.

«  Nous craignons que le processus en ce moment ne soit pas dans l’esprit du multilatéralisme, car nous estimons que nos voix ne sont pas entendues. » se plaint à la presse, Cedric Schuster, ministre de l’Environnement et des Ressources naturelles de Samoa, et également président du groupe des négociation de l’Alliance des petits États insulaires en développement.

La directrice de l’ONG Climate Action Network International Canada, Caroline Bouillette, explique plus tôt ce matin lors d’une conférence de presse la volonté de certains pays développés de s’éloigner des énergies fossiles, et dénonce le silence du Canada et des États-Unis d’Amérique. La France, elle, réitère son appel à l’élimination progressive des combustibles fossiles sur X, et a introduit publiquement ses intentions lors d’une conférence de presse organisée dans l’après-midi. Bien que la France met en avant la sortie des énergies fossiles, certains observateurs regrettent son positionnement concernant le marché du carbone, le nucléaire et aussi son manque de transparence notamment sur la présence au sein de sa délégation du patron de Total Energies.

Sur X , Al Gore, ancien vice-président des États-Unis d’Amérique, n’a pas mâché ses mots après avoir pris possession du texte de négociation cet après-midi. « L’OPEP a dicté mot pour mot » faisant référence à la lettre envoyée par le secrétaire général de l’OPEP à ses membres avec l’Arabie saoudite au premier plan. Officiellement, l’Arabie saoudite est contre l’élimination progressive ou totale des combustibles fossiles. Les observateurs ont trouvé le texte incohérent, avec une série d’éléments sans titre. Pour le groupe des Petits Etats Insulaires en développement, le financement et l’atténuation devraient faire partie d’une même composante. Atteindre les 1.5 degrés est crucial pour ces petits états. . « Si nous n’avons pas de résultats solides en matière d’atténuation à cette COP, ce sera la COP où les 1,5 disparaitront. Nous ne signerons pas nos certificats de décès », prévient Cedric Schuster, ministre de l’Environnement et des Ressources naturelles des Samoa. Et il poursuit : « C’est pourquoi chaque pièce, nos négociateurs insistent sans relâche pour que les décisions s’alignent sur le maintien des 1,5 degrés. » Le militant nigérian Nnimmo Bassey est moins optimiste .  » La COP 28 est comme une grande victoire pour les pollueurs. »

Pour Andreas Sieber, Directeur associé des politiques et campagnes de 350.org, « le projet de texte de la COP28 a notamment affaibli les engagements en faveur de l’élimination progressive des combustibles fossiles et de la promotion des énergies renouvelables : les pays engagés dans l’action climatique doivent rejeter cette proposition affaiblie, insistant sur des changements transformateurs pour un impact significatif sur le réchauffement de la planète », souligne-t-il.

Fadhel Kaboub, économiste et conseiller spécial de Power Shift Africa , a déclaré que le financement climatique devrait être l’un des principaux résultats de la COP28 et ce n’est pas le cas. « Le financement de la lutte contre le changement climatique exige un minimum de 2,4 milliards de dollars d’investissements transformatifs fondés sur des subventions et de transferts de technologie pour l’adaptation et l’atténuation des changements climatiques d’ici 2030. Nous sommes loin de cet objectif à la fin de la COP28″, observe-t-il. Le texte ne reflète pas les besoins et n’inclut pas de calendrier clair pour le financement de l’action climatique, décrivent des observateurs.

Les dernières nouvelles

Les observateurs maintiennent la pression. Ils forment dans la soirée une chaîne humaine pour demander aux négociateurs et aux ministres de parvenir à « une juste, rapide, sortie définitive des énergies fossiles ».

Dans la soirée, Susan Muhamad, la ministre colombienne de l’Environnement, qui s’exprime depuis le début des négociations ministérielles pour une réforme de l’architecture financière et pour la sortie des combustibles fossiles, présente sa stratégie sur X et annonce plusieurs actions, y compris celle relative à l’évaluation de l’échange de dettes contre l’action climatique, une évaluation réalisée conjointement avec le Kenya et la France.

Oh bonjour 👋
Ravi de vous rencontrer.

Inscrivez-vous pour recevoir chaque mois du contenu génial dans votre boîte de réception.

Nous ne spammons pas ! Consultez notre [link]politique de confidentialité[/link] pour plus d’informations.

error: Content is protected !!